JE NE SAIS PAS SI JE SUIS JALOUSE MAIS...

  • Par annelb
  • Le 27/09/2018
  • Commentaires (0)

Rresizedjalous5 1

C. 33 ans prend  RV pour travailler sur sa jalousie.
Le jour de la séance, elle me dit qu’elle ne sait pas vraiment si elle est jalouse : ce qui la chagrine, c’est le passé de son compagnon avec les autres femmes qu’il a connues. Il suffit qu’il mentionne une anecdote sans importance  de sa vie passée pour qu’elle l’imagine avec l’autre femme avec qui il était alors et qu’elle commence à angoisser, tout en sachant très bien que c’est absurde.
Elle n’arrive pas du tout à gérer ses émotions.
Jamais ?
Si, il y a des moments où ça glisse et ça ne lui fait rien de spécial, elle reste calme,  mais parfois, ça la prend d’un coup : elle change de tête et part « en vrille ».
Ce qu’elle attend de cette séance ?
Pouvoir toujours retrouver l’état qu’elle connait de temps en temps quand ça glisse sans impact sur elle.
Ca a commencé quand ?
Elle ne se souvient pas vraiment, mais ça lui rappelle un épisode de son adolescence avec son petit ami de l’époque, qui lui avait fait une réflexion indélicate sur son physique. Elle s’était sentie rabaissée et humiliée et s'était mise à angoisser ; depuis lors, elle a tendance à se comparer aux autres femmes, et se trouve toujours moins bien que les autres. Du coup, elle a peur que son compagnon la quitte.
C. aime regarder des séries pour se détendre et s’excuse presque de ne pas avoir vraiment de hobby autre que celui-là. Elle travaille beaucoup, car elle est consultante en freelance.
Alors je demande à C. de fermer les yeux et imaginer que sa série préférée commence sur un écran.
Elle retrouve ces émotions et ces  sensations si particulières, qu’on peut ressentir à l’idée de découvrir ce qui va arriver aujourd’hui aux personnages de la série. Elle entend la musique de début,  et sent toutes les sensations  de son corps installé devant l’écran, et voit les couleurs, les formes, qui défilent devant ses yeux, et l’épisode commence.
J’accompagne C. jusqu’à ce qu’elle soit complètement plongée ailleurs, dans sa série, alors même que son esprit inconscient continue à développer cet état particulier d’hypnose.
Puis nous explorons le passé de C. pour y "réparer" ce qui a besoin d'être réparé.
Ensuite, nous allons rechercher cet état de calme qu'elle trouve parfois; et mettons les outils en place pour pouvoir l'installer automatiquement et rapidement à chaque fois que C. en a besoin.
Et parfois quand on se promène dans le monde extérieur, et qu’on a oublié son parapluie, et qu’il se met à pleuvoir contre toute attente, on maudit ce changement de temps, et on oublie que la pluie nourrit les rivières, les sols, qui nourrissent les arbres et préparent les prochaines saisons et le cycle de la vie continue encore et encore. […]Et quand on réalise ça, le fait même de sentir la pluie sur sa peau, devient une sensation différente, qui change et se transforme.
Quand c'est le bon moment pour elle, C. sort progressivement de son état d’hypnose et me dit qu’elle adorait marcher sous la pluie quand elle était gamine, elle l'avait oublié, et elle a bien envie d’en refaire l’expérience à la première occasion.
Quelques semaines plus tard, je reçois un appel de X. qui veut un RV pour mieux gérer son stress au travail. Il me dit que j’ai accompagné sa compagne : il s’agit de C.
Elle s’est débarrassée de ses accès d’angoisse et ils "revivent".
Je suis ravie pour C.
Son esprit inconscient a fait un beau travail.

Ajouter un commentaire