Sommeil et hypnose

Catsleeping

L’insomnie est un thème récurrent en séance d’hypnothérapie. Et il est étonnant de réaliser à quel point certains insomniaques peinent parfois à décrire concrètement leur propre expérience de leurs difficultés à dormir.
Il s’agit parfois de problèmes d’endormissement, ou de réveils nocturnes, ou les deux, avec parfois le cerveau en éveil et les pensées qui se bousculent dans la tête, ou des sensations particulières dans le corps, ou une voix intérieure qui répète « et voilà, encore une nuit sans sommeil, tu ne dors pas, tu vas être fatigué.e demain… ». Parfois même l’appréhension de se coucher de peur de ne pas dormir incite à retarder le moment du coucher.

Et vous ? Que se passe-t-il concrètement pour vous quand vous ne parvenez pas à dormir ?


On finit parfois par oublier que le sommeil est naturel : l’horloge biologique va se régler la plupart du temps en fonction de paramètres comme la lumière, l’activité physique, la température du corps, l’alimentation. La sécrétion de mélatonine démarre en principe à la tombée de la nuit pour atteindre un pic quelques heures plus tard et favoriser ainsi le sommeil. Il semblerait que cela se produise d’ailleurs plus tard pour nos ados (Ah les bouleversements hormonaux...), qui de ce fait, développent une tendance à se coucher plus tard (et pas uniquement pour contrarier leurs chers parents).
Puis le cortisol prend le relais peu à peu jusqu’au réveil.
Le sommeil se déroule en cycles, et les petits dormeurs ont besoin d’environ 6 heures de sommeil, soit à peu près 4 cycles, en moyenne, contre 8 à 9h pour les gros dormeurs.

On se doute donc qu’il y a des heures plus propices, en fonction des personnes, pour le réveil et le coucher. S’ils interviennent en plein milieu d’un cycle il y a peu de chances que le dormeur en question se sente en pleine forme.

Alors, que faire ?

La première chose, de toute évidence, est d’installer les conditions favorables au sommeil : si vous jouez sur votre console vidéo jusqu’au coucher, votre cerveau interprète souvent cette luminosité spéciale comme le jour, aucune raison alors de se laisser aller au sommeil.
Apprenez aussi à détecter les signaux de fatigue et à vous coucher quand ils surviennent de façon à monter dans le train à la bonne heure pour vous.
Les repas trop copieux ne sont pas recommandés pour bien dormir, et si vous faites de l’exercice dans la journée, votre corps réclamera plus facilement du sommeil pour récupérer.
En bref, prenez un temps pour vous brancher sur vous-même et prêter attention à vos sensations, et ajustez si nécessaire vos habitudes.

Si malgré tout vos difficultés persistent, et que vous pensez qu’une partie inconsciente de vous-même suscite, génère ces insomnies, vous pouvez faire appel à un hypnothérapeute.
Il vous aidera à communiquer avec cette part inconsciente, éventuellement à déterminer sa fonction, et à chercher d’autres manières plus confortables et efficaces d’assurer cette fonction.
Parfois se cachent derrière les problèmes de sommeil d’autres éléments non pris en compte et lorsque c’est le cas, le sommeil revient naturellement dès que cet élément ignoré jusque là est entendu, reçu, et géré.
Il peut même arriver que ce soit un travail « à l’aveugle » où tout reste au niveau inconscient : la source, l’enjeu et les solutions, et peu importe, l’important pour vous est d’améliorer votre sommeil non ?

 

Séance/tarif

Date de dernière mise à jour : 14/10/2019