Hypnothérapeute qualifiée à Chaville & Paris

hypnose

  • LES DANGERS SUPPOSÉS DE L'HYPNOSE

    L’hypnose est-elle dangereuse ?

    Il y a quelques semaines, j’ai reçu une personne dans mon cabinet, totalement paniquée à l’idée d’aller en hypnose,
    ce qui avouons-le peut paraître étonnant quand on prend RV pour une séance d’hypnothérapie.
    Elle refusait que je la regarde, et craignait de perdre le contrôle d’elle-même.
    Il faut bien reconnaître que le danger de l’hypnose est un sujet récurrent et que l’hypnose pâtit d’une réputation
    un peu sulfureuse dans certains esprits, ce qui finalement n’est pas si surprenant, au vu de l’image de l’hypnose que
    donnent à voir certains spectacles.
    Nous avons tous pu voir des sujets dont le corps était maintenu immobile et parfaitement rigide entre deux chaises,
    tandis que l’hypnotiseur lui faisait porter des charges de plus en plus lourdes.
    Le Dr Erickson, ce fameux psychiatre à l’origine de l’hypnose Ericksonienne, ne goûtait pas du tout ce genre de
    divertissement, selon lui (et selon moi aussi d’ailleurs) irrespectueux des personnes. Il avait lui-même reçu plusieurs patients
    en psychothérapie qui s’étaient prêtées à ce genre de spectacle et avaient développé des maux de dos entre 5 à 7 mois
    après le spectacle auquel ils avaient participé. N’étant pas spécialiste du dos, mais psychiatre, il s’était contenté de relever
    les faits sans les interpréter mais en appelant ses collègues médecins spécialistes du dos à mener des études détaillées
    pour en tirer des conclusions éventuelles.
    Il n’est pas illogique de penser que le dos soumis à de telles contraintes risque de souffrir et que de telles pratiques sont à
    proscrire. D’ailleurs, ce genre de numéro a semble-t-il disparu des scènes fort heureusement.
    Mais il faut garder à l’esprit que l’individu sur scène s’est porté volontaire pour jouer le jeu et a montré des aptitudes
    particulières à l’état de transe lors du pré-test effectué par l’hypnotiseur.
    En aucun cas l’hypnotiseur ne pourrait lui faire faire quelque chose qui va à l’encontre de ses valeurs.
    Le Dr Erickson s’est largement intéressé à cette question du pouvoir de l’hypnose dès 1932, et a mené de très nombreuses
    expériences sur ce sujet, dont vous trouverez le détail dans les fameux « Collected Papers », qui contiennent l’ensemble de
    toutes ses publications réunies en 4 tomes.
    Le chapitre 25 du tome 1 détaille les expériences menées par le médecin psychiatre et montre qu’il n’a pas ménagé sa peine
    pour vraiment s’assurer d’une étude la moins biaisée possible. Certains sujets d’ailleurs lui en voulurent et il lui fallut rétablir la
    relation et expliquer sa démarche et le but de l’expérience par la suite pour pouvoir continuer à travailler avec eux. 
    L’article stipule en préambule : " quand on passe en revue la littérature sur le sujet, on pourrait penser que l’hypnose est pleine
    de dangers à condition d’accorder le moindre crédit à des opinions non fondées et à l’ignorance." Et de fait, il n’a trouvé trace
    d’aucune étude sérieuse sur le sujet.
    Mais il en a mené lui-même un grand nombre.

    L’hyper suggestibilité

    La première question posée concerne le fait que les personnes hypnotisées deviendraient de plus en plus suggestibles. En fait,
    Erickson a constaté que les sujets habitués à entrer en transe en un claquement de doigts pouvaient résister s’ils l’avaient décidé
    ou s’ils n’étaient plus intéressés par l’expérience menée. De plus, s’ils travaillaient avec un autre hypnotiste, il fallait tout reprendre
    au début dans l’apprentissage de la transe.
    Il m’est arrivé une fois en cabinet d’entendre quelqu’un me raconter qu’un hypnothérapeute l’avait conditionnée en transe pour la
    protéger d’autres hypnotiseurs car elle était influençable, et que de ce fait il lui était désormais impossible d’aller en transe.
    Les études du Dr Erickson montrent clairement que cela relève du pur fantasme.

    Les modifications possibles de la personnalité

    Le Dr Erickson prend comme premiers exemples les membres de sa famille qu’il hypnotisa pendant plusieurs années consécutives
    sans déclencher de troubles de la personnalité.
    Mais le plus intéressant peut-être est le cas de nombreux psychothérapeutes ayant utilisé l’hypnose sans succès pour « induire
    délibérément des modifications de personnalité chez leurs patients ».
    Il donne l’exemple dans son article de l’homosexualité qui dans les années 30, aussi incroyable que cela puisse paraître aujourd'hui,
    était considérée comme une pathologie et sur laquelle l’hypnose se révélait bien sûr totalement inefficace.
    Selon lui, aucune étude sérieuse n’a pu montrer que l’hypnose pouvait changer la personnalité d'un individu.

    Influence sur le discernement entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas

    Le Dr Erickson évoque ici le fait qu’une séance d’hypnose est limitée dans le temps, et il relèverait du miracle qu’une « procédure
    de durée limitée puisse modifier fondamentalement des habitudes psychologies établies tout au long de la vie ».
    Il n'a jamais eu de cas dans les centaines qu'il a traités, de patients qui auraient perdu leur faculté de discernement entre réel
    et "imaginaire" suite à une séance d'hypnose.

    L’utilisation de l’hypnose pour échapper à une situation désagréable

    Quelqu’un pourrait-il se persuader en autohypnose qu’il a déjà effectué une tâche pénible pour y échapper par exemple ?
    Le Dr Erickson n’a remarqué que des cas où les sujets tiraient bénéfice de leurs apprentissages hypnotiques, et n’a
    rencontré aucun cas sur les centaines de patients qu’il a accompagnées, où le patient aurait utilisé son apprentissage
    hypnotique de façon défavorable pour lui, par exemple en élaborant une stratégie sophistiquée d'évitement.

    Conclusion

    Le Dr Erickson a poussé très loin ses expériences pour vérifier le pouvoir de l’hypnose, soit en demandant à des sujets
    en transe de s’infliger un dommage physique ou psychologique, soit en menant des expériences impliquant pour les sujets
    d’abîmer ou perdre des biens personnels, ou encore d’enfreindre leurs règles morales ou sociales, ou bien même de nuire à quelqu’un.
    Il induisait systématiquement une amnésie, et posa aussi quelques suggestions post-hypnotiques destinées à induire certains
    comportements ou actions voulu.e.s après la séance.
    Le plus étonnant à mon avis dans ces expériences, réside dans le fait que non seulement aucune expérience d’hypnose n’a réussi
    en ce sens, mais encore qu’il a été possible de persuader certains sujets de commettre certains actes à la limite de l’acceptable
    pour eux, à l’état de veille, compte tenu peut-être de l’intérêt scientifique supposé de l’expérience, et sans doute aussi du charisme
    incontesté semble-t-il d'Erickson, ce qui s’est révélé totalement impossible en état d’hypnose du fait de leur refus catégorique.
    Dans l’état de transe, Le médecin n’obtint aucun résultat probant, si ce n’est une certaine agressivité des sujets à son égard, sans que
    les sujets comprennent pourquoi du fait de l’amnésie,  jusqu’à ce qu’il explique à l’état de veille les détails de l’expérience, et que la
    relation rentre dans l’ordre, avec tout de même, pour certains, une certaine réticence ou carrément un refus à se prêter à des
    expériences ultérieures.

    En conclusion, penser qu’un hypnotiste ou hypnothérapeute pourrait prendre le contrôle de l’esprit de quelqu’un et lui faire faire
    n’importe quoi relève de la pure fiction.
    Ce n’est tout bonnement pas possible, grâce à tous les mécanismes internes d’auto protection de tout un chacun.  
    Nous voici rassuré.e.s donc!

     

    [source : Collected Papers Milton H Erickson « De la nature de l’hypnose et de la suggestion – Tome I]

  • HYPNOSE PUIS SERENITE

    L. est une jeune maman de deux enfants qui vient me voir en deuxième séance d’hypnose pour renforcer sa capacité à garder son calme lorsqu’elle subit de l’agressivité ou des comportements qu’elle trouve injustes ou inappropriés ou même décevants, et qui parfois mettent à mal son équilibre intérieur.
    La première séance avait permis de revisiter le passé, d’en tirer tous les éléments utiles, d’en transformer les perceptions et ainsi de rester zen, comme dans sa bulle, même lors d’une réunion professionnelle très tendue quelques jours après, au grand étonnement de ses collègues de travail.
    Et puis, elle a expérimenté à plusieurs reprises le fait de rester sereine là où elle aurait perdu son calme auparavant.
    Aujourd’hui, L. sait qu’elle a beaucoup progressé, mais elle ressent encore un mal d’estomac, comme un grand trou, qui serait là en permanence.
    J’accompagne L à plonger à l’intérieur et permettre à ce trou dans l’estomac de se matérialiser en quelque chose là devant nous, et elle voit sous ses paupières closes une ceinture épaisse de couleur marron, comme trop serrée.
    Alors je l’invite à laisser sa partie inconsciente commencer à changer la couleur de cette ceinture et à la desserrer juste un peu, à sa manière.
    Et la ceinture devient bleu-gris et commence à se desserrer.
    Parfois, c’est en éclairant avec des couleurs spéciales ou une lumière particulière, parfois en envoyant de la musique ou des sons comme magiques, et parfois c’est complètement autre chose.
    Et quand elle plonge vraiment à l’intérieur, tout en voyant cette ceinture qui est devenue bleu-gris, qui a commencé à se desserrer, petit à petit, L. peut lui permettre de se transformer.
    Et là devant, ce qui était une ceinture marron épaisse et serrée continue à se transformer en quelque chose d’autre.
    Et petit à petit, elle devient quelque chose qui aide, qui guide la sérénité et le calme à l’intérieur, qui aide le corps à se remplir, qui ouvre une voie en profondeur, pour vraiment permettre au calme et à la sérénité de s’installer.
    Et plus la transformation s’accomplit devant, plus il y a de sérénité et plus il y a de calme à l’intérieur.
    Ce même calme cette même sérénité qu’il y avait dans les circonstances évoquées ensemble, alors même qu’il y avait des raisons extérieures d’être énervée, d’être atteinte, et pourtant à l’intérieur il y avait ce calme, Il y avait cette sérénité, il y avait ces sourires, et c’était étonnant de vivre ça, de réaliser que c’était possible, possible tout en étant là, tout en écoutant, en observant ce qui se passait.
    L. soupire profondément.
    Et j’invite son esprit inconscient qui a su mettre cela en place à différents moments, à ré-observer ces souvenirs, les observer à sa manière et en retirer les enseignements essentiels pour pouvoir l’installer automatiquement à chaque fois que c’est utile, parfois même pourquoi pas, sans que L. ait besoin d’y penser.
    Je soulève le poignet de L. et il reste suspendu en l'air et commence à redescendre tout doucement vers la cuisse pendant le travail, le temps d'approfondir tout cela.
    Quand la transformation est terminée, quand la bulle est stabilisée au niveau le plus confortable et le plus efficace pour L., J’invite l’esprit inconscient à me faire un petit signe de la main droite, ce qu’il fait après un certain temps.
    Puis je l’invite à choisir une ancre qu’il va associer à cet état, soit une image, soit un son, soit un geste, de manière à pouvoir l’utiliser en autohypnose, pour renforcer encore tout cela.
    L. soupire profondément une nouvelle fois.
    Puis quand l’ancre est là, je l’invite à la transmettre à l’esprit conscient de L. et je demande un nouveau signe de la main quand c’est fait.
    Et en activant cette ancre, peu à peu, cette bulle à l’intérieur se déploie se diffuse s’installe pour vraiment permettre à L. de choisir, à quel moment se protéger, installer sa bulle.
    Parce que parfois dans le monde extérieur certains événements surviennent rapidement et il est bon d’avoir une bulle de sérénité, de calme, à l’intérieur, qui s’installe facilement, pour véritablement permettre à L. de faire ce qu’elle a à faire, dans les meilleures conditions pour elle , en se préservant, en se protégeant, en se permettant d’aider encore mieux les autres, les élèves ou qui que ce soit, qui sollicite son aide ou qui en a besoin.
    Puis quand le travail est terminé, que tout ce qu’il y avait à faire a été fait, j’invite L. à se réorienter vers le monde extérieur, ici et maintenant.
    Après un long silence, L. est de retour. Elle a aimé le repos de son mental habituellement si actif, elle a aimé la transformation de la ceinture en serpent, puis en grenouille, puis en nénuphar dont la feuille avait les couleurs d’une labradorite, cette pierre aux reflets irisés.
    Elle a aussi retrouvé deux souvenirs très précieux, de grande douceur, qui l’ont aidée.
    Et surtout elle a réalisé qu’elle peut continuer à aider les autres, leur apporter de l’attention, de l’amour, tout en se protégeant.
    Un chouette apprentissage, de l’intérieur.

     

     

  • UN BRAS QUI FLOTTE

    V., 13 ans, vient avec sa maman car il ne mange pas grand chose. De nombreux aliments le dégoûtent profondément, et ça l’embête car il ne se sent pas de faire un voyage scolaire à l’étranger où il serait accueilli dans une famille, ne sachant pas ce qu’on lui proposerait à manger. Il voudrait ne plus ressentir ce dégoût et pouvoir manger de tout.
    Il pense que ça vient de ses allergies alimentaires sévères entre 3 et 6 ans qui restreignaient énormément son alimentation : pas de blé, de lait, de fruits et j’en passe. Il restait surtout le sarrasin.
    Du coup il pense qu’il n’a pas été habitué à manger varié et que peut-être ça vient de là.
    Peut-être, on ne sait pas….
    Sa maman nous laisse et je lui donne le choix : soit tu repenses à cette musique de film que tu aimes et tu en profites pour revoir les images de la bataille épique qu’elle évoque pour toi, soit tu décomptes de 2 en 2 à partir de 1000, mais d’une façon très spéciale : tu t’entends dire le nombre dans ta tête, en même temps tu lui donnes une couleur que tu vois, et une texture que tu touches pour ressentir ce que ça fait. Et à chaque nombre, tu changes de couleur et de texture.
    V. semble aimer cette idée, et il se lance dans son décomptage, et je vois la main droite qui touche les textures pendant que je soulève doucement le bras, et le bras ne tarde pas à flotter tout seul.
    Et pendant qu’il flotte le V. prudent examine le dégoût avec une grande attention pour apprendre tout ce qui est utile et changer peu à peu ce dégoût en autre chose, qui va permettre à V. de manger différemment. Et quand la main se posera sur la cuisse, il aura appris tout ce dont il a besoin.
    Et la main finit par se poser après une lente descente.
    Et j’invite le V. prudent à imaginer une situation future où il y aurait eu le dégoût et à la dérouler du début jusqu’à la fin histoire de voir si toutes les ressources nécessaires à V. sont là pour pouvoir manger de tout sans dégoût. Et s’il manque quoique ce soit, la main va pouvoir monter peu à peu, histoire de donner  le temps à G d’apprendre encore quelque chose de nouveau en allant peut-être puiser dans les expériences passées de G., ou dans le monde extérieur en regardant comment font les gens qui n’ont pas ce dégoût, je ne sais pas, mais il sait, et la main décolle et entame son voyage pendant que le V. prudent continue à apprendre.
    Pendant ce temps, G est absorbé dans son décomptage et ne semble pas du tout se préoccuper de ce bras voyageur.
    Et quand la main se pose de nouveau sur la cuisse, le V. prudent a appris tout ce qui est utile pour changer et on le vérifie en allant voir dans le futur comment ça se passe et il ne manque plus rien. Et bien entendu le V. prudent s’assure de faire tous ses changements au rythme le meilleur pour G.
    On prend quelques minutes supplémentaires pour rêver un peu le temps pour V. prudent de terminer tout ce qu’il a encore à faire pour s'assurer qu'il fait un bon travail, et V. ressort progressivement de sa transe, et quand il ouvre les yeux, il semble un peu surpris, et il a bien aimé réfléchir dit-il.
    A suivre…
     

    Lire la suite

  • LA FIV DE LA DERNIERE CHANCE

    K. la quarantaine, vient me voir car elle a déjà tenté 2 FIVs sans succès, avec son cortège de souffrances, et l’équipe médicale qui la suit lui octroie une dernière chance dans quelques semaines car ensuite elle sera considérée comme trop âgée pour un tel acte médical; elle sent la pression monter. Elle doute de ses capacités à mener une grossesse à son terme, les 2 dernières tentatives ayant échoué. Son émotion est très forte quand elle en parle. Il va falloir que les ovules qu’elle génère soient bien dodus et solides pour être candidats à la fécondation et ensuite l’implantation, puis,  que l’un d’entre eux au moins s’accroche, se niche et se développe.
    Aucune infertilité n’a été décelée ni chez elle ni chez son compagnon.
    Elle parle de son enfance pas très heureuse.
    Elle pensait qu’elle s’empêchait inconsciemment de tomber enceinte avant sa sœur, pour ne pas lui faire de peine, mais il se trouve que cette dernière est maman depuis 2 ans, et elle….toujours pas.
    La première séance que nous faisons ensemble consiste simplement à retrouver des expériences  de confiance car elle veut se sentir plus forte, et éviter de pleurer pour un oui ou un non. On réexamine ces expériences  avec l’esprit inconscient et il en retire tous les apprentissages utiles pour elle.
    A la 2e séance, ça va mieux, mais l’enfance pas très heureuse revient encore dans la conversation.
    Alors cette fois nous allons revoir la jeune K. et la K. d’aujourd’hui lui apporte ce dont elle a besoin….et ça coince….l’esprit inconscient ne sait pas comment faire.
    Alors nous allons avec lui dans le futur, voir comment K. s’occupe de ses enfants, leur apporte ce dont ils ont besoin,  et l’Esprit Inconscient apprend tout ce qui va être utile pour K., et nous retournons avec tout ça dans le passé apporter à la jeune K. ce dont elle a besoin, et cette fois, elle prend et reçoit ce qu’elle n’a pas eu, pour continuer à se développer de manière totalement harmonieuse pour K.
    La 3e séance avec K. est très métaphorique. Nous allons voir ce bout de trottoir dont le bitume étonnamment  s’est soulevé sous la puissance des racines du peuplier voisin de l’autre côté de la haie, et on se demande vraiment d’où vient cette force à l’intérieur. Un peu comme la force des vagues qui viennent finir leur course sur le rivage, animées par ce quelque chose au plus profond des océans qui permet leur mouvement, et peu à peu transforme la plage, parfois même laisse un cadeau sur le sable, qu’il suffit de ramasser en se baissant juste ce qu’il faut.
    Quelques semaines plus tard, je reçois des nouvelles de K. : elle est enceinte de 2 mois mais n’ose pas encore tout à fait y croire, le cap fatidique des 3 mois n’est pas passé. Et puis la grossesse se déroule et la vie à l’intérieur se développe, et il y a quelques jours est né un bébé pour le plus grand bonheur de ses parents et sa famille.
    Bienvenue à lui.

    www.annelb.fr

    autre blog

    RV DOCTOLIB CHAVILLE

    RV DOCTOLIB PARIS

    Me contacter par email

     

  • ISABELLE VA PASSER UN IRM

    Isabelle doit passer un IRM…et ça l’angoisse…
    Elle a consulté son médecin qui lui prescrit un IRM cardiaque pour s’assurer que tout est normal et que ses extrasystoles ne cachent rien d’alarmant.
    Le seul petit détail, c’est qu’Isabelle angoisse vraiment à l’idée de passer 50 minutes comme enfermée dans une espèce de caisson d’où elle ne pourra presque pas bouger; en plus il paraît que les bruits de la machine sont assourdissants.
    Son médecin la rassure, elle aura un casque sur les oreilles, où lui parviendront une musique agréable, et de temps en temps, des directives précises de respiration de la part du spécialiste qui lui fait passer l’examen.
    Malgré tout, quand elle y pense, Isabelle panique et se demande vraiment si elle va supporter ce confinement temporaire.
    Pour autant, elle souhaite éviter la prise d’un calmant.
    Alors, sur les conseils d'un ami, elle décide de faire appel à un hypnothérapeute pour l’aider à préparer cet examen médical.
    Après 3 séances elle se sent fin prête : le jour J, avant même d’être allongée sur le lit d’examen, Isabelle se met en autohypnose comme elle a appris à le faire, puis s’évade dans son lieu ressource le temps nécessaire. Au moment où elle sort du tunnel, elle a l’impression que 10 minutes se sont écoulées; en réalité l’examen a bien duré 50 minutes comme prévu.  
    L’hypnose Ericksonienne peut réellement être utile pour les personnes angoissées à l’idée d’une échéance prochaine, que ce soit une opération, un examen médical ou toute autre "épreuve". La perception du temps peut être différente en transe hypnotique, et dans le cas d’Isabelle, raccourcir le temps perçu de l'intérieur, pour son plus grand bénéfice. Elle est partie en voyage, dans son monde intérieur, permettant ainsi un examen en toute sérénité, pour elle et l'équipe médicale.
    Un exemple parmi tant d'autres de ce que l'hypnose Ericksonienne peut apporter.
     

    Accueil

    RV DOCTOLIB CHAVILLE                                                     RV DOCTOLIB PARIS

    Me contacter par email

  • AU SECOURS!!! J'AI PEUR DES ARAIGNÉES !!!

    Ce n’est pas votre enfant de cinq ans qui vous interpelle ainsi, (auquel cas vous lui expliquerez simplement que c'est un petit insecte qu'il peut laisser tranquillement vivre sa vie sans problème, et qui peut même être intéressant à observer) mais cette amie de 35 ans en vacances avec vous à la campagne et soudain mise en présence d’une petite bête qui la rend….hystérique… Malgré vos efforts pour tenter de la raisonner elle tremble, elle pleure et finit par se calmer quand vous avez évacué l’intruse de votre logis.
    Pourtant quand elle y réfléchit, elle sait très bien que cette araignée tout là-haut, confortablement installée dans un coin du plafond,  ne peut pas lui faire grand mal, mais c’est plus fort qu’elle.
    Peut-être connait-elle l’origine de sa phobie, et peut-être pas, et finalement peu importe.
    L’hypnose Ericksonienne peut aider votre amie et faire en sorte de l’aider à neutraliser cette phobie, pour que l’araignée redevienne pour elle ce qu’elle est vraiment, une petite bête inoffensive (je ne parle pas des spécimens exotiques en Australie ou ailleurs bien sûr, mais de l’araignée banale de nos contrées).
    Certaines phobies sont plus gênantes que d’autres au quotidien et le recours à l’hypnose Ericksonienne peut vraiment apporter un véritable soulagement pour les personnes dont la phobie empoisonne la vie.
    A tel point que certaines personnes ne s’en souviennent même plus quelque temps plus tard, lorsqu’elles ont réglé leur problème.

    Magique ? Presque… La magie de l’inconscient, qui peut apprendre et vous aider à développer de nouveaux comportements plus adaptés et plus harmonieux pour vous, afin de vivre votre « bonne vie ».

    www.annelb.fr

    autre blog

    RV DOCTOLIB CHAVILLE

    RV DOCTOLIB PARIS

    Me contacter par email