enfant

  • DES CAUCHEMARS D'ENFANT DE TOUTES LES COULEURS

    B., 5 ans, vient me voir avec sa maman. Il fait souvent des cauchemars depuis quelque temps, en fait plus précisément depuis la mort de son grand-père, décédé à la suite d’une maladie grave et rapidement mortelle. Parfois B. dit à sa maman : « quand vous serez morts papa et toi, moi je veux être mort pour pas être tout seul ». Sa maman et lui sont très fusionnels me dit-elle. Il l’a vue triste et voulait la consoler. Il se réveille parfois en hurlant, et semble effrayé, les yeux ouverts, sans se réveiller vraiment.
    Il sait que le corps de son grand-père est au cimetière et que son âme est au ciel comme une étoile qui veille sur lui. Il pense que Dieu est venu le chercher et qu’il est content car il ne souffre plus.
    B. aime beaucoup jouer à Mario Kart et il a même battu son papa au jeu une fois.
    Et au fait, ils sont où ses cauchemars ? Dans sa tête bien sûr !  
    Et ils sont de quelle couleur ? Ils sont de toutes les couleurs. Et la couleur préférée de B. est le jaune, mais pas n’importe quel jaune, le jaune fluo !
    J’invite B. à imaginer qu’il souffle ces cauchemars de toutes les couleurs de sa tête, grâce à son bras qui rêve, et quand le bras sera complètement redescendu, il n’y aura plus que le nuage jaune fluo et plein de jolis rêves posés dessus, des rêves où il joue à Mario Kart contre son frêre, papa et maman et où il gagne.
    Est-ce que c’est mieux ? Oui bien sûr !
    Puis je propose à B. de faire un joli dessin.
    Il y a la tête dont sortent les cauchemars de toutes les couleurs et qui s’est remplie de jaune fluo, puis pendant que nous parlons avec sa maman se rajoute un dragon qui souffle les cauchemars de toutes les couleurs de sa gueule, comme s’il crachait du feu.
    Il y a aussi une araignée qui s’apprête à le piquer, mais heureusement, un oiseau arrive par la droite et va la manger pour l'empêcher de piquer le dragon.
    Je contacte la maman de B. quelque temps plus tard et elle m’informe qu’il va beaucoup mieux. Visiblement il n’y aura pas besoin de deuxième séance pour lui.

    Avec les jeunes enfants, on raconte des histoires, on va dans leur monde magique, on trouve des solutions, et il est très fréquent qu’ils évacuent ainsi leurs difficultés.
    L’hypnose est possible avec les enfants à partir de 4 ans et demie.

     

    En savoir plus

  • L'HYPNOSE POUR LES ENFANTS

    L’hypnose pour les enfants

    De plus en plus de familles se tournent vers l’hypnose pour aider leur enfant à se sentir mieux, que ce soit à l’école, dans la famille ou avec les amis.
    Les enfants qui viennent dans mon cabinet avec leurs parents traversent souvent les mêmes difficultés : ils ont parfois des troubles de l’attention, sont hyperactifs ou souffrent d’un trouble dys (dyslexie, dyscalculie, dysphasie ou autre), ce qui leur occasionne un manque de confiance en eux, une perte d’estime d’eux-mêmes et du découragement.
    Dans d’autre cas il s’agit d’une impossibilité à gérer leurs émotions, générant des crises de colère pénibles pour l’entourage, ou alors une angoisse à l’idée de quitter le cocon familial et aller à l’école.
    Il peut s’agir d’énurésie, quand tout a été investigué médicalement, ce qui l’empêche de dormir chez des amis de crainte de faire pipi au lit chez eux.
    Certains ont des phobies, comme la peur panique des araignées, des chiens ou des abeilles.
    Nous commençons par parler tous ensemble du problème et chacun donne son point de vue. Il est très important quand on entame ce type d’accompagnement avec un enfant, qu’il soit demandeur, qu’il ait vraiment envie de changer. Dans ce cas il s’engage réellement dans le travail et peut changer rapidement.
    Il faut souvent plusieurs séances pour un problème installé depuis longtemps, même s’il s’agit d’une thérapie brève. Si aucun changement n’est constaté au bout de 3 ou 4 séances, cela signifie en général que le problème est entretenu par le système familial, auquel cas il est intéressant de faire des séances avec l’enfant et ses parents, voire même les frères et sœurs s’il y en a.

    Lorsque j’accompagne un enfant, mon but est de le guider à changer puis devenir autonome. C’est pourquoi je lui demande souvent de faire des exercices entre les séances, que ce soit de la sophrologie ou de petites tâches particulières.
    Les enfants n’ont la plupart du temps aucune difficulté à entrer en hypnose et nous imaginons souvent ensemble une histoire métaphorique en lien, de près ou de loin, avec leur problème
    Cela va activer des changements inconscients et leur permettre de cheminer à leur rythme vers la résolution ou l’amélioration de la problématique.
    Les histoires évoluent au fur et à mesure du cheminement de l’enfant, jusqu’à ce qu’il sache gérer son problème initial.
    Parfois cela peut passer aussi par le dessin, ou de petits jeux hypnotiques activés par l’imagination : un bras qui se soulève au fur et à mesure qu’un travail intérieur de libération s’effectue par exemple.

    L’accompagnement se termine lorsque l’enfant se sent capable de gérer ses devoirs calmement, a confiance en ses capacités, connaît sa valeur, s’accepte comme il est, sait se concentrer quand il en a besoin, ou parvient à contrôler son comportement avec sa famille ou ses amis, voire s’est libéré de sa phobie ou de son énurésie.

    Les séances sont la plupart du temps espacées de 15 jours pour laisser à l’enfant le temps d’intégrer le travail effectué ensemble en séance.
    Chaque enfant peut changer, c’est une question de temps. Pour certains une séance suffit à créer un vrai mouvement et le transformer, pour d’autres il en faut au moins 3 ou 4, pour obtenir le déclic et évoluer vers quelque chose de plus satisfaisant pour l'enfant et sa famille.

     

    Lire la suite

  • UNE GROSSE PEUR D'ENFANT

    Mortelle Adèle et l’ami imaginaire

    C’est une pétillante petite fille de 9 ans qui vient me voir avec sa maman. Je vais l’appeler Clémentine.
    La première chose qu’elle fait est d’aller à la fenêtre voir son école qu’elle n’imaginait pas du tout comme ça vue du 9e étage de mon cabinet, et cela semble l’amuser.
    Elle me dit qu’elle a peur d’aller seule dans sa chambre pour ranger ses vêtements car il y a une silhouette noire effrayante près du rideau, en partie cachée par l’armoire.
    Ses yeux se remplissent de larmes.
    Elle ne voit que la tête de la silhouette jusqu’au milieu du front et ne veut pas la regarder tellement elle lui fait peur.
    Elle me montre aussi le dessin d’un monstre dans un livre de son frère qu’elle ne peut pas regarder car elle imagine qu’il va sortir du livre et lui faire du mal.
    Lorsque je lui demande ce qu’elle aime faire, elle me répond qu’elle aime lire des histoires de mortelle Adèle. C’est une petite fille qui n’aime pas les trucs de fille comme le maquillage et qui est très rigolote : par exemple, lorsqu’elle reçoit un livre en cadeau elle le trouve très pratique pour caler un pied de meuble bancal. Clémentine rit de bon cœur.
    Le plus intéressant dans tout ça est son ami imaginaire Magnus qui se transforme au gré de ses besoins et l’aide dans sa vie.
    "Et toi Clémentine ? Si tu avais un ami imaginaire, il s’appellerait comment ? "
    La réponse fuse instantanément : "il s’appellerait Christophe ! et il serait complètement bleu turquoise (sa couleur préférée.)"
    On fait un petit jeu pour commencer ensemble. On imagine un fil invisible au-dessus de la main gauche,, tenu entre l’index et le pouce de la main droite. On déplace la main gauche vers le haut, vers le bas, vers la gauche, et je lui demande tout à coup: "et que se passe-t-il si la main droite lâche le fil?" et Clémentine lâche aussitôt le fil en laissant tomber brutalement la main gauche sur la cuisse. Je l’imite et elle éclate de rire.
    On recommence l’expérience et de nouveau on s’amuse à laisser tomber la main.
    Puis elle ferme les yeux et imagine que cette main se soulève un peu et l’aide à partir dans un rêve.
    Je lui suggère de demander à Christophe d’aller voir la silhouette et lui demander ce qu’elle veut. "La silhouette ne veut pas parler" dit Christophe. Mais il trouve le moyen de lire dans ses pensées et comprend que la silhouette veut juste voir Clémentine. Elle s’approche de la silhouette en restant derrière Christophe, qui lui dit que la silhouette veut juste une amie. La silhouette commence alors à se transformer en licorne après un moment de négociation, quand Clémentine accepte d’être son amie.
    Elle n’a plus peur du tout.
    Puis à l’aide de Christophe elle transforme le monstre du livre en une créature tout à fait sympathique et colorée et elle n’a plus peur.
    Et quand sa maman lui rappelle qu’il y a aussi les araignées qui lui font peur, elle les transforme en singes rigolos avec Christophe et n'en a plus peur non plus.
    Elle réalise ensuite un beau dessin de tous ces nouveaux personnages et repart en jetant un œil une dernière fois sur la cour de récréation vue d’en haut.
    Magique!

     

    Accueil

                     RV DOCTOLIB CHAVILLE                                                                                                               RV DOCTOLIB PARIS

    Me contacter par email