anxiété

  • L'HYPNOSE POUR LES ENFANTS

    L’hypnose pour les enfants

    De plus en plus de familles se tournent vers l’hypnose pour aider leur enfant à se sentir mieux, que ce soit à l’école, dans la famille ou avec les amis.
    Les enfants qui viennent dans mon cabinet avec leurs parents traversent souvent les mêmes difficultés : ils ont parfois des troubles de l’attention, sont hyperactifs ou souffrent d’un trouble dys (dyslexie, dyscalculie, dysphasie ou autre), ce qui leur occasionne un manque de confiance en eux, une perte d’estime d’eux-mêmes et du découragement.
    Dans d’autre cas il s’agit d’une impossibilité à gérer leurs émotions, générant des crises de colère pénibles pour l’entourage, ou alors une angoisse à l’idée de quitter le cocon familial et aller à l’école.
    Il peut s’agir d’énurésie, quand tout a été investigué médicalement, ce qui l’empêche de dormir chez des amis de crainte de faire pipi au lit chez eux.
    Certains ont des phobies, comme la peur panique des araignées, des chiens ou des abeilles.
    Nous commençons par parler tous ensemble du problème et chacun donne son point de vue. Il est très important quand on entame ce type d’accompagnement avec un enfant, qu’il soit demandeur, qu’il ait vraiment envie de changer. Dans ce cas il s’engage réellement dans le travail et peut changer rapidement.
    Il faut souvent plusieurs séances pour un problème installé depuis longtemps, même s’il s’agit d’une thérapie brève. Si aucun changement n’est constaté au bout de 3 ou 4 séances, cela signifie en général que le problème est entretenu par le système familial, auquel cas il est intéressant de faire des séances avec l’enfant et ses parents, voire même les frères et sœurs s’il y en a.

    Lorsque j’accompagne un enfant, mon but est de le guider à changer puis devenir autonome. C’est pourquoi je lui demande souvent de faire des exercices entre les séances, que ce soit de la sophrologie ou de petites tâches particulières.
    Les enfants n’ont la plupart du temps aucune difficulté à entrer en hypnose et nous imaginons souvent ensemble une histoire métaphorique en lien, de près ou de loin, avec leur problème
    Cela va activer des changements inconscients et leur permettre de cheminer à leur rythme vers la résolution ou l’amélioration de la problématique.
    Les histoires évoluent au fur et à mesure du cheminement de l’enfant, jusqu’à ce qu’il sache gérer son problème initial.
    Parfois cela peut passer aussi par le dessin, ou de petits jeux hypnotiques activés par l’imagination : un bras qui se soulève au fur et à mesure qu’un travail intérieur de libération s’effectue par exemple.

    L’accompagnement se termine lorsque l’enfant se sent capable de gérer ses devoirs calmement, a confiance en ses capacités, connaît sa valeur, s’accepte comme il est, sait se concentrer quand il en a besoin, ou parvient à contrôler son comportement avec sa famille ou ses amis, voire s’est libéré de sa phobie ou de son énurésie.

    Les séances sont la plupart du temps espacées de 15 jours pour laisser à l’enfant le temps d’intégrer le travail effectué ensemble en séance.
    Chaque enfant peut changer, c’est une question de temps. Pour certains une séance suffit à créer un vrai mouvement et le transformer, pour d’autres il en faut au moins 3 ou 4, pour obtenir le déclic et évoluer vers quelque chose de plus satisfaisant pour l'enfant et sa famille.

     

    Lire la suite

  • L'ANGOISSE DU PERMIS DE CONDUIRE

    Y. a une vingtaine d’années et vient en séance car elle doit bientôt passer le permis de conduire et n’arrive pas à recontacter l’auto-école en vue de prendre RV pour quelques leçons supplémentaires avant de fixer une date de passage. Elle se sent angoissée à cette idée.
    Quand elle a commencé les leçons tout allait bien, bien qu’elle se soit toujours dit que ce serait compliqué de piloter un véhicule tout en préservant la sécurité des autres usagers et la sienne.
    Au fur et à mesure des leçons elle a commencé à faire des fautes et littéralement perdre les pédales. Et maintenant quand elle fait une erreur, elle boucle dessus pendant tout le reste de la leçon et finit par faire encore plus d’erreurs.
    Y. raconte qu’elle est angoissée depuis toute petite, où elle avait peur des chiens, des monstres, du noir, etc… puis à l’adolescence où s’exprimer à l’oral devant toute la classe la paralysait, et créait comme un traumatisme (sic) au point de passer plusieurs jours à se demander ce que pensaient les autres d’elle et comment ils devaient la trouver nulle.
    Y. dit que c’est comme s’il y avait deux personnes en elle, une qui a confiance, qui sait de quoi elle est capable, et l’autre qui doute et flippe vraiment jusqu’à avoir du mal à respirer parfois, et le cœur qui bat de plus en plus vite.
    Y aime le théâtre, surtout l’improvisation. Quand elle est sur scène, c’est plus facile, elle peut faire ce qu’elle veut, elle a confiance en elle, elle se laisse aller, parce que ce n’est pas tout à fait elle. C’est comme si elle se cachait un peu derrière un personnage. Et là le regard des autres ne la perturbe pas du tout.
    Y. aime se détendre en regardant des séries sur son ordi.
    Et je l’emmène voir sa série préférée, quelque part ailleurs, le corps installé à sa façon, et entendre la musique du début qui commence, et voir l’histoire qui se déroule.
    Pendant l’épisode, on va voir avec l’Esprit Inconscient un moment vraiment très sympa d’une impro particulièrement réussie et agréable, histoire d’en apprendre un truc utile pour aujourd’hui, et puis ensuite on retourne vers le tout premier blocage à l’oral en classe pour le transformer en une ressource en y apportant tout ce qui est nécessaire, et on nettoie en passant, tous les autres moments difficiles similaires en y appliquant ce qu’il faut.
    Et enfin j’invite l’Esprit Inconscient à organiser un dialogue à l’intérieur entre la Y qui a confiance, qui fait du théâtre et la Y. qui doute et angoisse dans certains contextes et elles se disent tout ce qu’elles ont à se dire et se conseillent et s’apportent tout un tas de choses, et quand le dialogue est terminé et que chacune s’est assurée d’avoir ce qu’il lui faut pour occuper sa bonne place, faire uniquement ce qu’elle a à faire, pour le bien et l’harmonie globale de Y., le générique de fin de la série défile et l’EI intègre tout ce qui est important et qui va soutenir Y dans son changement futur tout en s’assurant bien sûr que tout changement soutienne l’équilibre de Y. sur tous les plans de sa vie.
    Y. rouvre les yeux.
    C’est étrange dit-elle, j’avais peur de ne pas avoir une transe assez profonde, et j’ai senti mes doigts bouger tout seuls, et j’avais envie de rire.
    Et Y. repart, le pas léger, et reprend le cours de sa vie.

    Accueil

                     RV DOCTOLIB CHAVILLE                                                                                                               RV DOCTOLIB PARIS

    Me contacter par email