accouchement

  • DE L'INSOMNIE A UN ACCOUCHEMENT TRAUMATISANT...

    A., la quarantaine, a pris RV pour des problèmes d'insomnies.
    Le jour de la séance elle évoque ses difficultés familiales, un divorce difficile, une relation qu’elle qualifie de compliquée avec son compagnon et aussi des tensions avec son fils de 10 ans.
    L’accouchement a été très difficile, elle a cru non seulement qu’elle allait mourir, mais aussi que le bébé ne survivrait pas.
    Elle garde en mémoire cette sensation de presque dégoût lorsque la sage-femme lui a posé ce bébé sur le ventre, et sa difficulté à le regarder, ce bébé, tellement loin de ce qu’elle avait imaginé.
    Son fils, depuis tout petit, est dans la confrontation systématique avec elle. Il est très autonome et ne la sollicite que très peu pour lui demander quoique ce soit. Il a toujours détesté les câlins et repousse sa mère à la moindre marque d’affection.
    L’évocation de cet épisode d’accouchement est accompagnée d’une très forte émotion.
    A. se sent coupable de ne pas avoir accueilli son bébé comme elle l’aurait souhaité.
    Alors j’accompagne A. et elle part très facilement en transe. Nous allons à la mer dans un endroit qu’elle aime tout particulièrement et je l’invite à retrouver les couleurs, les sons, les sensations qu’elle éprouve lorsqu’elle est là-bas et qu’elle se sent particulièrement détendue, bien dans sa peau, en accord avec elle-même.
    Puis avec l’aide de l’inconscient nous revoyons cet épisode de la vie de A. et  A. d’aujourd’hui qui connait ce qu’elle connait maintenant et a appris tellement de choses au travers de toutes les expériences qu’elle a faites, réconforte A. plus jeune et l’accompagne, et lui apporte tout ce qu’elle peut lui apporter, exactement comme elle le ferait pour une amie.
    A. plus jeune comprend qu’elle a fait le mieux qu’elle pouvait à cette époque, qu’elle a survécu, et elle devient une ressource précieuse, importante, pour A. d’aujourd’hui.
    Et A. revient de ce voyage à son propre rythme en ramenant avec elle ce qui est utile pour elle.
    A. me téléphone 3 semaines plus tard. Son fils lui a demandé de l’aide pour ses devoirs le soir même de la séance, à sa grande surprise, et son compagnon, à qui elle n’avait pas parlé de cette séance,  s’est étonné de son attitude calme et détendue vis-à-vis de son enfant. Depuis ce jour, son fils est beaucoup plus proche d’elle et vient systématiquement de lover contre elle un moment le soir, avant d’aller se coucher.
    Elle a aussi retrouvé sa joie de vivre et partage régulièrement des crises de fou rire avec lui.
    A. dit que sa vie a changé et elle est ravie.
    Etonnamment, elle n'a pas reparlé de ses insomnies.